Vicente Huidobro - Noche (French translation)

Spanish

Noche

Sobre la nieve se oye resbalar la noche,
la canción caía de los árboles
y tras la niebla daban voces.
 
De una mirada encendí mi cigarro.
Cada vez que abro los labios
inundo de nubes el vacío.
 
En el puerto,
los mástiles están llenos de nidos
y el viento
gime entre las alas de los pájaros.
 
Submitted by Valeriu Raut on Tue, 12/12/2017 - 20:48
Align paragraphs
French translation

Nuit

On entendait sur la neige la nuit glisser,
Tombait des arbres la chanson
Et le brouillard après la neige criait.
 
En un clin d’œil j’allumais mon cigare.
Chaque fois que j’ouvre la bouche
Je noie le vide par des ronds de fumée.
 
Dans le port,
Les mâts étaient pleins de nids
Et le vent
Gémissait sur les ailes des oiseaux.
 
© Christian Guernes
Submitted by Guernes on Wed, 13/12/2017 - 18:16
Added in reply to request by Valeriu Raut
5
Your rating: None Average: 5 (1 vote)
More translations of "Noche"
FrenchGuernes
5
Vicente Huidobro: Top 3
Idioms from "Noche"
See also
Comments
Valeriu Raut    Thu, 14/12/2017 - 10:20

Bonjour.

À mon avis, la nuit - c'est maintenant.
Les verbes sont au présent.
La traduction les a mis à l'imparfait.
Voulu ou par accident ?
Le traducteur a sa liberté, me je ne vois aucune raison de changer les temps des verbes.

se oye > On (entendait) entend
los mástiles están > Les mâts (étaient) sont
y el viento gime > Et le vent (gémissait) gémit

Au revoir.

Guernes    Thu, 14/12/2017 - 12:51

Bonjour,
L'imparfait de l'indicatif exprime en français un fait ou une action
qui a déjà eu lieu au moment où l'on s'exprime
.... Mais qui peut encore se dérouler.
.
Je suis parti, pour traduire, de la strophe centrale : De una mirada... (D'un regard...)
que j'ai traduit par "En un clin d'oeil" ;
regard et cigare dans un même vers, c'était un peu lourd à mon sens !
.
Je ressens ce poème comme le récit d'un instant ;
l'auteur est dans la nuit, en train de rêver et de fumer, et il en fait la relation ;
d'où l'usage de l'imparfait.
.
L'usage du présent dans la première et la dernière strophe n'aurait pas exprimé,
selon moi, du temps présent mais de l'intemporel.
.